Nouveautés

IFRA-IOFI Sustainability Charter


UN PAS DE PLUS VERS UN MONDE PLUS DURABLE!

SOZIO s’engage pour un avenir plus durable en signant la Charte de durabilité de l’IFRA IOFI.

Nous travaillons actuellement sur une approche plus éthique et éco-responsable de nos approvisionnements, la réduction de notre empreinte environnementale, le bien-être de nos équipes ainsi que la qualité et la sécurité de nos produits.


Ingrédients naturels et biologiques


Il y a de nombreuses définitions de la naturalité et du biologique selon les normes existantes ou labels privés…Comment s’y retrouver ?

Notre service règlementaire fait le point !

 

LES LABELS PRIVÉS NATURELS ET BIOLOGIQUES :

Les cosmétiques naturels et biologiques semblent être la meilleure réponse aux attentes de consommateurs de plus en plus exigeants. Pour garantir les propriétés naturelles et bio de ces produits, il existe de nombreux labels qui n’offrent pas tous les mêmes garanties. Difficile pour le consommateur de s’y retrouver dans cette jungle. Parmi ces labels, on retrouve NaTrue, BDIH, USDA ORGANIC, COSMOS et Nature & Progrès. Ces deux derniers ont en commun d’imposer un minimum de 95% d’ingrédients d’origine naturelle sur le produit cosmétique, sans compter l’eau. Selon Ecocert, les cosmétiques bio doivent également contenir 20% minimum d’ingrédients issus de l’agriculture biologique au total pour pouvoir être labellisés. La présence des produits de synthèse, dont la liste des ingrédients varie en fonction des labels, doit impérativement se limiter à 5% de la formulation totale.

Sozio est fortement engagé auprès d’ECOCERT via sa filiale Française dans le développement de parfums répondant aux exigences des référentiels COSMOS NATURAL et COSMOS ORGANIC, et via sa filiale américaine dans le NOP USDA. Ci-dessous un résumé rapide des exigences de chacun de ces labels :

COSMOS NATURAL:

95% minimum d’ingrédients d’origine naturelle.
5% maximum d’ingrédients d’origine synthétique approuvés appartenant à une liste définie.

 

 

COSMOS ORGANIC:

95% minimum d’ingrédients d’origine naturelle.
95% minimum des agro-ingrédients physiquement transformés introduits doivent être issus de l’agriculture biologique.
20% minimum des ingrédients naturels issus de l’agriculture biologique (excepté pour les produits rincés, lotions ou poudre de maquillage pour lesquels ce taux est réduit à 10%).
5% maximum d’ingrédients d’origine synthétique approuvés appartenant à une liste définie.

LABEL « 100% BIOLOGIQUE » USDA:

100 % d’ingrédients issus de l’agriculture biologique

LABEL BIOLOGIQUE USDA:

95 % d’ingrédients issus de l’agriculture biologique + autres ingrédients appartenant à une liste établie par l’USDA

LABEL « COMPOSANTS BIOLOGIQUES » USDA :

95 % d’ingrédients issus de l’agriculture biologique + autres ingrédients appartenant à une liste établie par l’USDA

 

Pour plus de clarté, une nouvelle norme visant à l’harmonisation internationale des définitions des produits cosmétiques biologiques et naturels et de leurs ingrédients a vu le jour. Cette norme, baptisée ISO 16128, fait beaucoup parler d’elle, mais pourquoi ?

 

L’ISO 16128, C’EST QUOI?

Cette norme a été élaborée selon les règles habituelles de l’ISO en réunissant toutes les parties prenantes pour établir un consensus et répondre au mieux aux attentes des marques et des consommateurs. L’objectif de cette norme est de poser des définitions et des bases de calcul communes pour déterminer le niveau minimum d’ingrédients biologiques et naturels requis dans la composition des produits cosmétiques dits naturels ou biologiques.

Parue en 2016, la première partie de la norme (ISO 16128-1) permet de distinguer quatre types d’ingrédients : biologique, dérivé biologique, naturel et dérivé naturel.
La seconde partie de la norme (ISO 16128-2), publiée en 2017, permet de calculer les indices rattachés aux différentes catégories d’ingrédients biologiques et naturels, soit la part naturelle ou biologique des produits finis.

La norme ISO 16128 doit être la référence pour tout produit cosmétique revendiquant une part de naturelle ou biologique si ceux-ci ne sont pas déjà certifiés par des labels privés.

 

ELLE A TOUT POUR PLAIRE… MAIS POURQUOI FAIT-ELLE DÉBAT ?

Résultat d’un compromis, la norme a été critiquée par les labels historiques qui ont exprimé leur désaccord sur plusieurs points, notamment certaines définitions, l’absence de contrôle par des organismes de certification, ou encore l’absence d’une interdiction formelle de certains ingrédients interdits par la plupart des labels privés.

Valérie Lemaire, directrice du groupe Ecocert Greenlife déclare : « C’est une norme de calcul et pour faire ces calculs, il a fallu faire des définitions, or nous ne sommes pas d’accord sur les définitions ».
Par la voix de sa directrice des affaires règlementaires Anne Dux, la FEBEA se défend des désaccords de certains labels privés : « La norme ISO 16128 représente un consensus international, cela ne peut pas se limiter à la position de différents labels privés européens ».

A l’international, la perception du naturel est très hétérogène selon les pays. Ainsi, pour certains, la disponibilité d’un référentiel validé et sur lequel ils pourront se baser est bienvenue.
En effet, d’après les parties prenantes à l’origine de la norme, la norme ISO 16128 a l’avantage d’être une norme internationale offrant une référence mondiale sans pour autant se substituer aux cahiers des charges des différents labels. Elle n’a pas pour objectif de se prononcer sur les revendications des produits, ni d’être un label.

Par ailleurs, même si aujourd’hui la norme ISO 16128 est surtout utilisée en Europe, le marché européen a tendance à influencer le reste du monde. Nous pouvons donc nous attendre à un intérêt grandissant des fabricants de produits cosmétiques non européens pour cette norme dans un futur proche.

 

ET SOZIO DANS TOUT CA ?

Sozio, qui se positionne assurément dans la parfumerie naturelle et biologique, a pour seul objectif de répondre aux besoins de ses clients, qu’ils soient du côté des labels privés ou du côté de l’ISO 16128 !

Nous sommes donc à votre disposition pour vous accompagner dans le développement de parfums naturels et biologiques suivant les définitions et méthodes de calcul décrites dans la nouvelle norme ISO 16128, ou selon le label COSMOS via notre site de production en France, ou bien selon le label NOP USDA via notre site de production aux Etats-Unis.

Si vous avez des questions n’hésitez pas à contacter le responsable commercial en charge de votre compte ou bien directement notre service réglementaire à l’adresse suivante : regulatory@jesozio.com pour plus d’informations.


COVID-19 : Un environnement règlementaire qui s’adapte pour répondre à la crise


Pour faire face aux ruptures d’approvisionnement, les autorités compétentes ont assoupli les règles imposées sur les produits biocides afin de faciliter et accélérer leur mise sur le marché.

 

Suite à la déclaration de l’organisation mondiale de la santé (OMS) estimant que le nouveau coronavirus (COVID-19) peut être qualifié de pandémie, le lavage régulier et appliqué des mains est l’une des mesures barrières essentielles pour lutter contre la propagation du COVID-19. L’utilisation de nettoyants et de désinfectants pour les mains sous forme de gels, de lingettes ou d’autres produits sans rinçage a considérablement augmenté au cours des derniers mois, ce qui a entraîné des pénuries générales dans certains pays.

Des mesures ont donc été prises et des dérogations ont été accordées dans certains pays pour faciliter et mettre à disposition rapidement des produits désinfectants pour les mains.

 

EUROPE:

En Europe, si un produit désinfectant contient des substances actives qui sont en cours d’approbation au niveau Communautaire, telles que l’éthanol, le chlore, ou les Composés d’ammonium quaternaire, alors la période transitoire s’applique. Les produits pour lesquels le régime transitoire s’applique ont la possibilité d’être plus rapidement mis sur le marché, parfois en quelques semaines, selon les mesures et dispositions nationales mises en place par les Etats membres.

Par ailleurs, considérant l’urgence sanitaire, les États membres peuvent délivrer une autorisation de mise sur le marché temporaire pour un produit biocide selon certaines conditions d’après l’article 55(1) de la réglementation européenne des produits biocides (RPB):

“Par dérogation aux articles 17 et 19, une autorité compétente peut autoriser, pour une période n’excédant pas 180 jours, la mise à disposition sur le marché ou l’utilisation d’un produit biocide qui ne remplit pas les conditions d’autorisation établies par le présent règlement, en vue d’une utilisation limitée et contrôlée sous la supervision de l’autorité compétente si une telle mesure est nécessaire en raison d’un danger menaçant la santé publique, la santé animale ou l’environnement qui ne peut être maîtrisé par d’autres moyens.”

Plus d’informations sont disponibles sur le site de l’ECHA:

 

USA:

Aux Etats-Unis, la US Food and Drug Administration (FDA), s’est engagée à ne pas poursuivre les entreprises, les pharmacies et les établissements fédéraux qui fabriquent des désinfectants pour mains à base d’alcool pour un usage consommateur, même s’ils sont en violation avec certaines dispositions prévues initialement par la Loi fédérale sur les aliments, les medicaments et les cosmétiques (FD&C Act) et la loi sur la Santé publique (PHS Act). Cet engagement est valable pendant la période de l’urgence sanitaire déclarée le 31 janvier 2020 par le secrétaire d’État américain à la Santé et aux Services Sociaux. Certaines conditions doivent néanmoins être respectées.

Par exemple, les fabricants ne sont autorisés à formuler des produits désinfectants pour mains seulement s’ils utilisent des ingrédients dont la qualité est approuvée par la Pharmacopée américaine (USP) et dont les concentrations dans les produits finis respectent les recommandations de l’OMS. Aucun autre ingrédient ne devrait être ajouté afin de préserver la sécurité et l’efficacité du produit.

De plus, la FDA tolère, de manière provisoire pendant la période d’urgence sanitaire, la présence de certaines impuretés (comme le benzène, pouvant être issu du processus de fabrication ou de l’utilisation de certains produits chimiques, équipements ou contenants) afin d’éviter toute pénurie et faciliter l’accès aux produits désinfectants pour les mains.

Voir les documents ci-dessous disponibles en anglais seulement:

ET SOZIO DANS TOUT CA?

En tant qu’entreprise essentielle fournissant des parfums pour les industries de nettoyage grand public et industriel, Sozio met tout en œuvre pour soutenir ses partenaires et clients qui luttent directement contre cette épidémie. Nous faisons notre maximum pour satisfaire nos clients dans des délais rapides afin de contribuer au développement des produits essentiels dans la lutte contre ce virus. Des parfums ont été développés et testés par Sozio pour être techniquement stables dans différentes catégories de produits finis. Certains de nos parfums sont également enregistrés selon l’Agence américaine pour la protection de l’environnement (EPA) et approuvés par Lonza, Stepan Company et Pilot Chemical pour une utilisation dans leurs bases. Sozio offre également des parfums approuvés selon le label Safer Choice applicable aux Etats-Unis.

Collection Essentiels

_____

 

Pendant cette crise sanitaire sans précédent, nos cœurs et nos pensées accompagnent tous ceux qui ont été touchés par l’épidémie ainsi que leur entourage.

Si vous souhaitez recevoir des informations supplémentaires ou des échantillons des collections, ou si Sozio peut vous aider de quelque manière que ce soit, n’hésitez pas à nous contacter.

 

_____

 

Nous aimerions également remercier les associations professionnelles dont nous sommes membres pour avoir continué de nous informer quotidiennement sur certains sujets au cœur de l’actualité comme l’évolution du contexte règlementaire durant ces temps de crise.

 

Si vous avez des questions ou souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter sur regulatory@jesozio.com ou le commercial en charge de votre compte client.